Comment les discothèques françaises peuvent-elles perdurer et attirer la population face à une conjoncture économique compliquée, des réglementations toujours plus sévères ou encore une offre nocturne plus variée qu’auparavant ? TCA Transconseil, assurance spécialisée pour les discothèques, vous apporte une solution efficace.

Comment se porte le monde de la nuit en France ?

L’histoire du clubbing

 Les jeunes de l’après-guerre, appelés les baby-boomers, ont vécu leur jeunesse pendant les années 60-70. C’est une génération qui se révolte contre les inégalités (émeutes de mai 1968 contre la guerre du Vietnam, baisse de la majorité à 18 ans ; autorisation de l’IVG…).

Les jeunes vivent alors au jour le jour, font la fête et investissent les discothèques, sans se soucier du lendemain.

A l’époque, fumer est encore autorisé à l’intérieur, et les contrôles d’alcoolémie sont très rares. De plus, les tarifs proposés (entrées et boissons) étaient bien moins élevés.

En 1978, le 2nd choc pétrolier frappe la France. C’est la fin des certitudes économiques, et le chômage augmente subitement. Les discothèques observent alors une baisse progressive de la fréquentation.

De plus, la nouvelle génération sort moins, que ce soit par manque d’argent ou par état d’esprit. Pour beaucoup, les discothèques, n’ont plus aucun intérêt et sont ‘dépassées’

Afin de faire face, les boites de nuit innovent et essaient de se diversifier.

Entrée gratuite pour les filles, soirées à thèmes, nouveaux équipements tels que canons à neige ou peinture corporelle phosphorescente, installations éphémères…

Changement de comportement des jeunes

Les nouvelles technologies et les réseaux sociaux nous ont rapproché, enfin virtuellement. De plus, il est maintenant possible de faire des rencontres en ligne grâce aux sites et application de rencontre.

Les sites de musique en ligne ont également perturbé le marché de la discothèque. En effet, ce n’est plus la peine de se rendre dans un établissement nocturne afin de découvrir de nouvelles chansons.

Pour finir, la concurrence de développe et se fait rude ! Ainsi, de nombreuses alternatives à la discothèque existent désormais.

Autrefois complémentaires, les bars dansants et boites de nuits sont maintenant de vrais concurrents. Les festivals font aussi de l’ombre aux boîtes de nuit. Rien qu’en France, on en compte plus de 1430 !

La discothèque : un lieu parfois jugé dangereux

Aujourd’hui, les discothèques ne sont plus des lieux considérés sans danger. On y retrouve ainsi des problèmes liés aux vols, à l’alcool, à la drogue et à la violence. On se souvient encore d’Adrien Perez, tué d’un coup de couteau le 29 juillet dernier en sortant du Phoenix à Grenoble. La boite de nuit avait alors subi une fermeture administrative de 6 mois. On compte également quelques rares cas de blanchiment d’argent aboutissant à des règlements de compte à la sortie des boites de nuit.

Ces différentes sources de danger peuvent alors effrayer les gens, et les pousser à se retrouver dans des lieux plus intimes et surs entre amis.

Les discothèques font face

Comment faire face à la règlementation toujours plus stricte ?

La réglementation française n’aide pas les discothèques à se remplir. En effet, l’interdiction de fumer dans les lieux publics votée en 2007, ainsi qu’une réglementation, une sécurité routière (seuil d’alcoolémie au volant) et des limitations sonores de plus en plus strictes, favorisent la désertion boites de nuits. En effet, L’amende pour fumage dans un lieu public s’élève à 24€ pour le fumeur, et à 1000€ pour l’établissement ! Enfin, les limitations sonores ont poussé les établissements nocturnes à faire des travaux d’insonorisation coûteux, sans parler des fermetures administratives et des pétitions sonores des riverains. Actuellement, le niveau sonore maximal autorisé est de 105 décibels. Les discothèque poussées à fermer ne sont alors pas rares, et il est conseiller de souscrire une assurance spécialisée pour les discothèques afin de couvrir les pertes d’exploitation.

Ces réglementations, mises en place pour sécuriser la population, compliquent la tâche aux discothèques qui se battent déjà contre la conjoncture économique, et un nouveau mode de vie et de sortir.

Des investissements énormes pour lutter contre cette baisse de fréquentation

Certains établissements ont su s’adapter et tirent leur épingle du jeu. L’autorisation d’ouverture jusqu’à 7h du matin a poussé à la création de grosses machines, des ‘méga-discothèques’ haut de gamme qui se démarquent par une prestation extraordinaire.

Nous pouvons par exemple citer le LUX à Toulouse, ou le Azar à Lyon. Lieux designs et modernes, équipement à la pointe de la technologie, système de son et lumière de dernière génération, fumoir ventilé à l’intérieur pour éviter les nuisances sonores, artistes et DJs internationaux…

Des changements qui ne sont pas sans coût, sans parler du temps de fermeture de rénovation et de la perte d’exploitation engendrée.

TCA Transconseil, assurance spécialisée pour les discothèques, vous offre alors une solution adaptée à chaque éablissement :

  • Perte d’exploitation
  • Incendie
  • Garanties responsabilités civiles
  • Garantie dommage ouvrage
  • Garantie contre le vol
  • Assurance et garantie perte d’exploitation
  • Catastrophes naturelles
  • Protection juridique
  • Assurance multirisque professionnelle
  • Responsabilité civile exploitation
  • Assurance en valeur de reconstruction à neuf,
  • Assurances pertes d’exploitation ou valeur vénale des éléments incorporels du fonds de commerce,
  • Garantie spécifique des Frais et Pertes indirectes consécutifs à sinistre
  • Garantie dommages électriques avec vétusté forfaitaire annuelle de seulement 10%
  • Franchises variables et adaptées à la situation particulière de chaque risque,
  • Garantie du stock de marchandises,
  • Garantie spécifique de la perte d’usage ou de la perte de loyers en cas de sinistre garanti
  • Etc.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour un supplément d’information ou un devis.