Depuis le début de la crise sanitaire liée à la Covid-19, la fermeture des boîtes de nuit est maintenue. Elles attendent depuis 6 mois l’autorisation de rouvrir au public. TCA Transconseil vous en dit plus.

Fermeture administrative des boîtes de nuit pour cause de crise sanitaire

 

Vivre de la convivialité, de la fête, des contacts humains n’est pas une sinécure depuis le 14 mars 2020, date de fermeture des boîtes de nuit pour cause de Coronavirus. Depuis, la situation est dramatique pour ces dernières, “grandes oubliées” du plan de relance du gouvernement. 

Pourtant, personne dans le secteur ne remet en question la pertinence de la décision de fermeture administrative des boîtes de nuit. Ce serait inconséquent, pour ne pas dire irresponsable. Mais l’avenir reste incertain. 

Les discothèques, grandes oubliées du gouvernement ?

Comment envisager la situation de manière sereine alors qu’au fil des mois la situation sanitaire, si elle semble s’améliorer, n’offre pas encore de visibilité ? 

La fermeture des boîtes de nuit durera peut-être jusqu’à la fin de l’année 2020. Dans l’attente d’une réouverture qui semble lointaine, plus d’un tiers d’entre elles, déjà en pleine crise financière avant l’arrivée du Covid 19, se demandent si elles vont passer le cap de la fermeture administrative imposée depuis mars.

 

Sans entrée d’argent pendant des mois pour payer les charges récurrentes

Les propriétaires des établissements s’inquiètent de la situation financière de leurs entreprises. De Lille à Marseille, en passant par la capitale, les salariés en chômage technique se demandent ainsi s’ils vont conserver leur poste.  

Un tiers des établissements pense mettre la clé sous la porte d’ici la fin de l’année. 

Pourtant les arguments en faveur d’une réouverture sont aussi forts que ceux avancés par le monde culturel : les clubs et discothèques participent au rayonnement culturel d’une ville en invitant des grandes vedettes de la musique ou de la chanson. Mais les arguments pour rester fermés sont imparables.

 

Peu de visibilité sur la réouverture

 

En ce qui concerne la vente de boissons, il est toujours possible d’organiser la distanciation sociale comme pour les bars et restaurants. Mais tentez d’imaginer une piste de danse remplie de personnes masquées, à un mètre les unes des autres, respectant les gestes barrières et s’enduisant les mains de gel hydroalcoolique. Impensable dans une discothèque ! 

Avec son aspect confiné, la discothèque ne semble pas le lieu idéal pendant une de crise sanitaire. Certains propriétaires de boîtes de nuit acceptent ainsi d’attendre la commercialisation d’un vaccin. 

En effet, une réouverture en fin d’année 2020 serait extrêmement risquée sur le plan de la communication. Particulièrement en cas de découverte d’un cluster de contamination en provenance d’un club. 

D’ailleurs, de nombreux pays européens pensent prolonger la fermeture des boîtes de nuit jusqu’à fin 2020, ou début 2021.

À ce jour, le gouvernement français n’a pas pris de décision. Il aide les entreprises avec le chômage partiel pour les salariés, le report des factures et un accès aux prêts garantis par l’État. 

Mais faudra-t-il rembourser ces dettes qui vont s’accumuler au fil des mois ? Sans aucun doute. 

Les charges fixes telles que loyers et primes d’assurances ne sont pas prises en charge par l’état, au grand dam du syndicat des établissements. Ce dernier se déclare ainsi très inquiet pour l’avenir de son secteur, sinistré depuis bien avant le nouveau coronavirus..