Tout comme les boîtes de nuit, les clubs libertins et autres lieux de divertissement pour adultes sont fermés depuis le 16 mars sur décision administrative. Les ravages sanitaires dus à la COVID 19 justifient aisément cette mesure. TCA Transconseil vous en dit plus sur la réouverture des clubs libertins.

La réouverture des clubs libertins

Le gouvernement reste silencieux en ce qui concerne les dates de réouverture des établissements de nuit, dont les saunas et clubs libertins. Bien sûr, l’activité n’est pas prioritaire (1500 établissements). Mais elle participe à l’équilibre d’un ensemble : boîtes de nuit, restaurants, bars à thème, cinémas, qui gravitent dans la sphère des clubs libertins, favorisant les rencontres en début ou en fin de soirée.

Les investissements inhérents à ce type d’établissements sont importants. Sauna, jacuzzi, douches, cabines privatives, salle de danse, bar, moyens humains et matériels représentent des montants financiers de plusieurs centaines de milliers d’euros. 

Les propriétaires se posent naturellement des questions essentielles. Quand et comment pourront-ils rouvrir ? La clientèle reviendra-t-elle ? 

Il est ainsi impossible de faire respecter des distanciations sociales dans un lieu dédié au plaisir physique ! Si les employés sont protégés, la clientèle, elle tiendra à rester libre de toute contrainte.

D’ailleurs, les libertins avaient commencé à déserter les clubs bien avant le pic de l’épidémie et la date de fermeture administrative. Pour se retrouver lors de soirées privées…

Comment organiser la réouverture des clubs libertins ?

Les saunas ou autres clubs libertins seront-ils dépendants de la mise sur le marché d’un vaccin efficace contre le COVID 19 ? Sans aucun doute, même si les mesures de protection et les contrôles sanitaires restent drastiques au sein des établissements de ce type.

Ces derniers sont respectueux des mesures d’hygiène de leur établissement : lavage des mains, des corps, chlore dans les bains, masque… et protections habituelles sont de bons arguments pour convaincre l’administration de rouvrir les clubs, et ainsi éviter la propagation du virus lors de soirées privées chez des particuliers.

Discothèques, saunas et clubs libertins attendent donc un calendrier en espérant plus d’aides de l’état. Car si les dates d’ouverture tendent vers début 2021, les pertes d’exploitation génèrent dores et déjà des faillites en cascade. 

En effet, les décisions gouvernementales concernent surtout la mise au chômage technique des personnels. Elles concernent également un report du paiement des charges fixes. Les prêts garantis par l’état sont remboursables. Ils auront servi depuis la fermeture à payer les loyers, les primes d’assurance, l’électricité, l’eau… 

Bref, tout ce qui permet de garder un lieu dans un état permettant une réouverture rapide des clubs libertins. En 2020 ? Espérons.