Qu’est-ce que l’insurtech ?

Définition : l’assurtech en français et l’insurtech en anglais désignent les entreprises qui pénètrent le marché de l’assurance avec l’aide d’outils technologiques numériques et digitaux ultras modernes. Leurs objectifs sont l’amélioration des services rendus aux assurés avec une réduction importante des prix. La démarche surfe sur l’utilisation de plus en plus forte d’objets connectés d’une clientèle de 18 – 35 ans qui ne veut pas forcément passer par une agence physique. L’utilisation des outils informatique crée de la valeur sur les produits d’assurance de tous types dont les tarifs sont fortement concurrencés.

Les services nouveaux et la baisse des coûts sont dépendants des services générés par :

  • La dématérialisation des contrats d’assurance ;
  • La souscription puis la gestion immédiate des contrats et ensuite des sinistres déclarés en ligne ;
  • La personnalisation des offres couplée avec la prise en compte des données issues de l’intelligence artificielle et des big data ;
  • L’individualisation forte de la relation client par l’utilisation de robots conversationnels et les chatbots ;
  • La réduction des coûts humains et administratifs ;
  • Le but ultime reste la satisfaction du consommateur ;
  • Les contrats et les offres sont générés par l’analyse des données des objets connectés dans les locaux professionnels ou domestiques et des résultats technologiques des voitures de plus en plus autonomes qui réduisent les risques d’accident ;

Le marché de l’assurance est-il en cours d’ubérisation ? Quels sont les avantages et inconvénients des pratiques peu à peu mises en place par ces startups qui veulent révolutionner le monde très rigide de l’assurance ?

L’axe de différenciation des AssurTechs est la satisfaction client

Les plateformes web de ces entreprises donnent la possibilité d’acheter son assurance en ligne. Comme nous l’avons indiqué plus haut l’InsurTech a accès aux données des clients et son offre est personnalisée, plus proche du profil du client. La data étant un objectif stratégique pour les entreprises les compagnies d’assurance comme les InsurTech connaissent parfaitement leurs assurés et leur propose des contrats parfaitement adaptés à leurs besoins.

L’InsurTech s’appuie aussi sur l’utilisation des objets connectés

Leurs principaux outils sont les objets connectés destinés aux contrôles de la santé. Les contrats couvrent les risques existants et les anticipent. Les sociétés d’assurance sont informées en direct du mode de vie de leurs assurés ou des évènements les impactant. Cela va jusqu’aux visites de sites internet sensibles, générateurs de cyber risques, aux collectes de données sur les catastrophes naturelles. Mais le bon côté des choses réside dans l’anticipation des risques et la possibilité de générer des alertes avant que le sinistre ne touche leurs assurés.

L’InsurTech participe-t-il à la déshumanisation de notre société ?

Qui prendra en charge, physiquement, les personnes malades, sinistrées, etc. Des chatbots deviennent les interlocuteurs privilégiés d’une déclaration de sinistres ayant provoqué des pertes irréparables. Comment exposer son cas personnel et poser des questions à une IA ? Sera-t-elle capable d’une réponse personnalisée ? Peut-être, mais humaine, à voir. L’assurance est-elle un secteur marchand comme un autre ? L’Insurtech est facilitateur pour des propositions de couvertures sans contact physique. La start-up doit donc jouer sur les deux tableaux : l’analyse par les datas et le facteur humain lors de catastrophes.

Les nouvelles start-ups de l’assurance

Alan est sans aucun doute la plus connu du secteur de l’InsurTech. Spécialisée dans l’assurance santé, elle est la première à avoir obtenu un agrément de l’ACPR. Ses concurrents sont Shift Technology offre des services antifraude aux grands assureurs du marché. En lus d’Alan 46 InsurTech couvrent les marchés de l’assurance vie comme Yomoni, WeSave, Advize. Dans la catégorie non-vie le panel est constitué de +simple.fr, Utwin, Fluo, Wilov, Assur’up… Outre shift cité plus haut les services aux assurances et aux courtiers sont proposés par Minalea, Actudata entre autres. Le domaine des services aux particuliers et aux entreprises est assuré par Deuxième Avis ou Testamento par exemple. L’assurance dite collaborative comprend des start-ups comme Inspeer, Otherwise, Wecover, Wemind. La liste n’est pas exhaustive.